Fermer
  • 912

    Le repeuplement du bassin du Duero se réalise. Certains colons arrivent à la zone et implantent une Église en honneur à Santa Cecilia face à la localité de Valbuena de Duero, au sein de la banlieue de Peñafiel.

  • 1477

    Le domaine, avec son noyau de population, a été disputé entre Peñafiel et le monastère de Valbuena pendant plus de trois siècles. C'est au cours de cette année-là, 1477, qu'un accord entre les moines et la commune est obtenu. Cette dernière aurait possédé la juridiction et le sol (semence de céréales) et les moines auraient disposé de l'espace (bois, chasse et garde de troupeaux.)

  • 1577

    Le nom de Vega de Sicilia apparaît pour la première fois en 1577 pour faire référence au domaine.

  • 1864

    Après l'achat du domaine au Marquis de Valbuena en 1848 par son père, Eloy Lecanda, fils de Toribio, commence l'activité vitivinicole professionnalisée dans la cave.

  • 1882

    Les installations d'élaboration sont terminées, aujourd'hui, il s'agit de bureaux et de chais d'élevage en fût. Eloy Lecanda reçoit de nombreux prix pour les vins élaborés chez Vega Sicilia.

  • 1888

    Dû à la capacité limitée d'Eloy en tant que commerçant et administrateur, son économie en souffre, et le domaine passe entre les mains de Pascual Herrero Bux, qui l'aurait eu pendant moins de 10 ans. 

  • 1897

    Le domaine est adjugé dans une vente aux enchères à Antonio Herrero Vázquez, qui n'avait pas de lien de parenté avec le propriétaire précédent. Peu d'années après, trois de ses huit enfants (Luis, Félix et Ignacio) l'auraient héritée et elle serait plus tard passée entre les mains des enfants de Félix. Trois générations très prospères pour le développement du domaine, de la cave et des vins.

  • 1907

    Cosme Palacio, habitant de la Rioja, locataire du domaine et de la cave avec les Herrero, introduit Txomin Garramiola pour qu'il prenne en charge l'élaboration des vins. Ceux-ci auraient servi pour pallier les dommages produits par le phylloxéra dans la Rioja.  

  • 1950

    L'entreprise de semences Prodes achète le domaine à la famille Herrero. Dans cette étape, la société Bodegas Vega Sicilia S.A. est créée et une autre des figures les plus importantes de l'histoire de la cave apparaît : Jesús Anadón.

  • 1965

    Le domaine passe entre les mains de Hans Neuman, vénézuélien de famille judéo-tchèque et établi au Venezuela, qui après avoir goûté les vins à New York, décide d'acheter la cave.

  • 1982

    La famille Álvarez acquiert la cave aux Neumann et commence l'une des périodes de plus grande prospérité de l'entreprise dans toute son histoire.

  • 2014

    Coïncidant avec le 150ème anniversaire, les mises à jour les plus importantes pour la vigne et la cave, sont terminées.  

L'esprit de la créativité

Pintia est un vin qui se situe très bien dans la consommation la plus créative et révolutionnaire. La terre dont il provient lui donne un grand caractère et beaucoup de solidité, tous deux soutenus d'une grande élégance.  

Plus
Fermer

L'ESPRIT DE LA CRÉATIVITÉ

 

Vers 1995, l'incursion de la famille Álvarez dans le monde du vin était déjà une réalité reflétée dans l'expérience ainsi que l'évolution juste du bijou du groupe, Vega Sicilia, et avec son nouveau projet Alión déjà en chemin. Il était temps d'agrandir ses horizons.

 

Tout comme il s'est passé avec la création d'Alión il y a déjà presque une dizaine d'années, ils étudient avec soin les éventuelles zones où implanter leur nouveau germe. Après avoir consacré un an à l'étude, ils finissent convaincus que le Duero est le grand fleuve vitivinicole d'Espagne, tels qu'ils ont pu le constater dans leurs deux caves de la Ribera, et tout comme le prouve la région d'Oporto, au Portugal, pays voisin, où il se jette. Et donc, le nouveau pari se centre sur l'appellation d'origine Toro, située cent kilomètres en aval.  

 

Une fois la décision prise, ils se mettent au travail et commencent à acheter tout le vieux vignoble qu'ils trouvent disponible, choisissant les étendues désertiques de San Román de Hornija, une zone de galets formée par les dépôts du Duero depuis la nuit des temps.

 

Pendant les quatre années suivantes, tout type d'expériences d'élaboration a été réalisé pour essayer de voir quel était le potentiel des vins de Toro : des raisins provenant de différents domaines sont vinifiés, des élevages en fût sont réalisés dans une multitude de barriques différentes et les durées pour y rester sont envisagées, en réalisant des fermentations malo-lactiques dans les propres barriques ou des nouvelles barriques, arrivant à manipuler près d'une centaine de possibilités parmi lesquelles choisir. Après cette expérience compliquée, l'on arrive à la conclusion qu'il s'agit d'un style de vin où le plus important réside dans la conservation du fruit du raisin, de façon à ce que tout le processus d'élaboration et d'élevage en fût du vin considère à le préserver et en même temps à essayer de lui donner la plus grande élégance possible dans une région si austère que l'est Toro.  

 

Pendant ce temps, la construction de la cave, commencée en 2000, commence à prendre forme et se termine en 2006. Il s'agit d'une cave moderne et pratique dans sa conception, où il ne manque aucun détail qui peut intervenir à obtenir la qualité maximale du vin : zone de réception avec des chambres froides pour préserver la température du raisin ; chai de fermentation avec des cuves en chêne pourvus de système de froid ; salles de barriques surdimensionnées par lesquelles il est facile de se déplacer ; et un « bouteiller » large et climatisé où attendront leur mise en vente sur le marché les deux millésimes qui se trouvent parmi celui qui figure à la vente et celui qui est élaboré.

 

Après beaucoup de crus élaborés, l'on peut dire que Pintia a atteint le principal objectif marqué : atteindre l'élégance maximum possible dans une zone telle que Toro, ayant des caractéristiques rustiques. C'est pourquoi tous les processus sont minutieusement soignés, depuis la vendange jusqu'à leur repos en bouteille avant la mise en vente.

 

Dépendant des caractéristiques du cru, les barriques seront à 70 % d'origine française et à 30 % en chêne américain, et le vin y restera entre 12 et 15 mois pour passer ensuite en bouteille. Le temps en bouteille ne sera jamais inférieur à 12 mois avant d'être mis en vente, puisque l'expérience accumulée indique que ce repos fait que le vin se développe.

 

De même qu'Alión, Pintia est un vin « unique », puisqu'il n'existe pas de deuxième marque, ce qui garantit qu'il sera toujours le meilleur vin possible qui peut être élaboré conformément aux conditions naturelles du millésime.