Fermer
  • 912

    Le repeuplement du bassin du Duero se réalise. Certains colons arrivent à la zone et implantent une Église en honneur à Santa Cecilia face à la localité de Valbuena de Duero, au sein de la banlieue de Peñafiel.

  • 1477

    Le domaine, avec son noyau de population, a été disputé entre Peñafiel et le monastère de Valbuena pendant plus de trois siècles. C'est au cours de cette année-là, 1477, qu'un accord entre les moines et la commune est obtenu. Cette dernière aurait possédé la juridiction et le sol (semence de céréales) et les moines auraient disposé de l'espace (bois, chasse et garde de troupeaux.)

  • 1577

    Le nom de Vega de Sicilia apparaît pour la première fois en 1577 pour faire référence au domaine.

  • 1864

    Après l'achat du domaine au Marquis de Valbuena en 1848 par son père, Eloy Lecanda, fils de Toribio, commence l'activité vitivinicole professionnalisée dans la cave.

  • 1882

    Les installations d'élaboration sont terminées, aujourd'hui, il s'agit de bureaux et de chais d'élevage en fût. Eloy Lecanda reçoit de nombreux prix pour les vins élaborés chez Vega Sicilia.

  • 1888

    Dû à la capacité limitée d'Eloy en tant que commerçant et administrateur, son économie en souffre, et le domaine passe entre les mains de Pascual Herrero Bux, qui l'aurait eu pendant moins de 10 ans. 

  • 1897

    Le domaine est adjugé dans une vente aux enchères à Antonio Herrero Vázquez, qui n'avait pas de lien de parenté avec le propriétaire précédent. Peu d'années après, trois de ses huit enfants (Luis, Félix et Ignacio) l'auraient héritée et elle serait plus tard passée entre les mains des enfants de Félix. Trois générations très prospères pour le développement du domaine, de la cave et des vins.

  • 1907

    Cosme Palacio, habitant de la Rioja, locataire du domaine et de la cave avec les Herrero, introduit Txomin Garramiola pour qu'il prenne en charge l'élaboration des vins. Ceux-ci auraient servi pour pallier les dommages produits par le phylloxéra dans la Rioja.  

  • 1950

    L'entreprise de semences Prodes achète le domaine à la famille Herrero. Dans cette étape, la société Bodegas Vega Sicilia S.A. est créée et une autre des figures les plus importantes de l'histoire de la cave apparaît : Jesús Anadón.

  • 1965

    Le domaine passe entre les mains de Hans Neuman, vénézuélien de famille judéo-tchèque et établi au Venezuela, qui après avoir goûté les vins à New York, décide d'acheter la cave.

  • 1982

    La famille Álvarez acquiert la cave aux Neumann et commence l'une des périodes de plus grande prospérité de l'entreprise dans toute son histoire.

  • 2014

    Coïncidant avec le 150ème anniversaire, les mises à jour les plus importantes pour la vigne et la cave, sont terminées.  

 Le rêve devenu réalité

Les vendanges arrivent avec l'automne et cette terre a pu, enfin, caresser son rêve ; les raisins obtenus montraient un caractère et une personnalité incomparables et, après avoir mûri dans le silence et la solitude de la cave, ils sont devenus l'un des grands mythes de l'histoire du vin. Vega Sicilia était enfin née.

Plus
Fermer

LE RÊVE DEVENU RÉALITÉ


Le chemin d'entrée à Vega Sicilia est flanqué par son splendide jardin japonais, où le bambou, les séquoias ou les érables qui accueillent le visiteur, ne manquent pas. De l'autre côté du chemin, nous voyons sa principale façade sobre en brique apparente, présidée par la façade qui dans le temps a été la chapelle du noyau d'édifices qui faisaient partie du domaine.  

 

En sortant par la partie arrière du bâtiment, nous nous enfonçons dans les entrailles de la cave, une série de bâtiments qui abritent les différentes zones de production.

 

Dans un premier lieu, se présente le chai de vinification, où reposent les cuves en acier inoxydable, parfaitement alignés, où le Valbuena 5 ans d'âge est élaboré. À un deuxième étage, se trouvent le laboratoire et la salle de contrôle où, à travers des calculs informatiques, sont contrôlés tous les processus qui interviennent dans l'élaboration des vins.

 

Dans le même bâtiment, mais séparé par d'énormes portes coulissantes, s'ouvre une sorte de frontispice semi-circulaire qui abrite les 19 cuves en chêne où fermenteront les vins destinés à Único.

 

En abandonnant le chai de vinification, nous nous retrouvons dans le bâtiment de la tonnellerie, où sous les ordres du maître tonnelier, et avec des machines de dernière génération, sont fabriquées les barriques en chêne américain qu'utilise Vega Sicilia pour l'élevage en fût de ses vins. Adossés au bâtiment de la tonnellerie, se trouve une série de chais qui abritent les éléments auxiliaires : produits phytosanitaires, emballages, machines auxiliaires... Composant un ensemble architectural uniforme où l'ordre et le soin sont les lignes maîtresses.

 

Ensuite, se trouve le « bouteiller », un bâtiment climatisé avec des conditions de température et d'humidité adéquates pour la permanence du vin en bouteille. Ici reposent les vins une fois leur élevage en fût en barrique terminé jusqu'à leur mise sur le marché.

 

Enfin, au rez-de-chaussée du bâtiment principal, se trouvent les salles d'élevage en fût. Plus de 3 000 barriques dorment placidement à l'intérieur des chais conçus pour que tout soit au calme et en parfaite harmonie : sols en mosaïque de terre rouge qui sont prolongés par les murs latéraux du chai jusqu'à relier un toit ondulé de lames en bois, parfaitement assemblées, qui viennent à rappeler l'intérieur d'une barrique monumentale ; les éléments de climatisation, ainsi que les cuves auxiliaires qui sont utilisées pour les décuvages, sont cachés derrière des portes coulissantes semblables aux toits situées aux têtes des chais, faisant en sorte que la barrique simulée soit couverte ; l'éclairage varie d'un ton chaud doré d'ambiance, jusqu'à la lumière froide intense projetée depuis le pied des colonnes de granit qui supportent les poutres des toits, nécessaire pour réaliser les travaux propres du chai.

 

Les bâtiments décrits sont entourés par des vignobles et au fond du domaine, jusqu'à leur limite avec le Duero, par les plantations de chênes, chênes-lièges et noyers qui serviront à l'avenir de matière première pour les bouchons et les barriques que les nouvelles générations produiront. 

 

Discrètement éloigné, et au milieu des jardins qui président la façade principale de la cave, se dresse le petit palais de style néoclassique. Il s'agissait de l'ancienne résidence des propriétaires du domaine et aujourd'hui, il est destiné à recevoir des visites illustres, aux repas et aux actes protocolaires.