Fermer
  • 912

    Le repeuplement du bassin du Duero se réalise. Certains colons arrivent à la zone et implantent une Église en honneur à Santa Cecilia face à la localité de Valbuena de Duero, au sein de la banlieue de Peñafiel.

  • 1477

    Le domaine, avec son noyau de population, a été disputé entre Peñafiel et le monastère de Valbuena pendant plus de trois siècles. C'est au cours de cette année-là, 1477, qu'un accord entre les moines et la commune est obtenu. Cette dernière aurait possédé la juridiction et le sol (semence de céréales) et les moines auraient disposé de l'espace (bois, chasse et garde de troupeaux.)

  • 1577

    Le nom de Vega de Sicilia apparaît pour la première fois en 1577 pour faire référence au domaine.

  • 1864

    Après l'achat du domaine au Marquis de Valbuena en 1848 par son père, Eloy Lecanda, fils de Toribio, commence l'activité vitivinicole professionnalisée dans la cave.

  • 1882

    Les installations d'élaboration sont terminées, aujourd'hui, il s'agit de bureaux et de chais d'élevage en fût. Eloy Lecanda reçoit de nombreux prix pour les vins élaborés chez Vega Sicilia.

  • 1888

    Dû à la capacité limitée d'Eloy en tant que commerçant et administrateur, son économie en souffre, et le domaine passe entre les mains de Pascual Herrero Bux, qui l'aurait eu pendant moins de 10 ans. 

  • 1897

    Le domaine est adjugé dans une vente aux enchères à Antonio Herrero Vázquez, qui n'avait pas de lien de parenté avec le propriétaire précédent. Peu d'années après, trois de ses huit enfants (Luis, Félix et Ignacio) l'auraient héritée et elle serait plus tard passée entre les mains des enfants de Félix. Trois générations très prospères pour le développement du domaine, de la cave et des vins.

  • 1907

    Cosme Palacio, habitant de la Rioja, locataire du domaine et de la cave avec les Herrero, introduit Txomin Garramiola pour qu'il prenne en charge l'élaboration des vins. Ceux-ci auraient servi pour pallier les dommages produits par le phylloxéra dans la Rioja.  

  • 1950

    L'entreprise de semences Prodes achète le domaine à la famille Herrero. Dans cette étape, la société Bodegas Vega Sicilia S.A. est créée et une autre des figures les plus importantes de l'histoire de la cave apparaît : Jesús Anadón.

  • 1965

    Le domaine passe entre les mains de Hans Neuman, vénézuélien de famille judéo-tchèque et établi au Venezuela, qui après avoir goûté les vins à New York, décide d'acheter la cave.

  • 1982

    La famille Álvarez acquiert la cave aux Neumann et commence l'une des périodes de plus grande prospérité de l'entreprise dans toute son histoire.

  • 2014

    Coïncidant avec le 150ème anniversaire, les mises à jour les plus importantes pour la vigne et la cave, sont terminées.  

L'esprit universel

Avançant avec détermination et tout doucement, sa philosophie est arrivée à d'autres terres ; terrains singuliers dont des vins spéciaux ont surgi comme essence de leur plus grande expression. 

Plus
Fermer

L'ESPRIT UNIVERSEL

 

Alión, dont le nom fait référence à la commune de León où est né le patriarche de la famille Álvarez, est située à quelques 15 kilomètres de la maison mère et dans une situation très similaire ; entre le cours du Duero et la route de Valladolid à Soria, aux environs de la capitale vitivinicole de la Ribera : Peñafiel.

 

Bien que les premiers millésimes de ce vin aient été élaborés dans les installations de Vega Sicilia, une nouvelle philosophie a été appliquée à un vin qui ne pouvait pas être seulement le « petit frère » du grand vin mythique, mais qui devait être capable de prendre son essor par lui-même et démontrer les vertus du terroir, de la climatologie et variété propres de la Ribera del Duero.

 

Cette nouvelle cave commencerait sa marche de vinification sur le millésime de 1993 avec un maximum de production de 350 000 bouteilles. Ce chiffre oscille en vertu des possibilités que donnent les caractéristiques de chaque cru ; ce serait celui de 96, ayant atteint une production de 310 000 bouteilles, qui se serait le plus approché du chiffre, grâce aux avantages du cru et au fait que les nouvelles plantations de vignoble sont entrées dans la production. Les raisins de ces plantations, comme norme impérieuse de qualité de la maison, ne pouvaient faire partie d'aucun vin du domaine jusqu'à avoir atteint les dix ans d'âge.

 

En principe, le pari était déjà en marche et avec d'excellents résultats, mais dans ce secteur et à cette époque, dans laquelle le vin espagnol commençait à occuper un poste notoire de qualité dans un monde chaque fois plus global, s'arrêter en pensant que tout était déjà fait, entraînait le risque de « mourir de succès. » Chez Alión, ils en étaient conscients, et en 2000, une rénovation dans les caves est entreprise. Après les excellents résultats obtenus chez Vega Sicilia avec la fermentation dans les cuves en chêne, ils ont décidé de transférer cette pratique également pour Alión, et les résultats ont commencé à être évidents avec le millésime de 2001.

 

Après cette innovation dans les cuves de fermentation, les travaux ont continué dans la cave avec des agrandissements qui ont été terminés en 2009, date à laquelle Alión peut dire qu'elle a considéré comme terminée son adaptation aux exigences de qualité actuelles.

 

Face à la façade principale de la cave, comme abritant le bâtiment des gênes occasionnées par la route, se trouve un jardin avec une collection de chênes de différentes origines ; preuve évidente de l'enthousiasme ici voué par l'arboriculture en général.

 

La façade du bâtiment, en pierre calcaire et d'un ton jaunâtre, est présidée d'une énorme porte en verre à laquelle on accède par un escalier. Le hall nous reçoit avec la présence d'une lampe majestueuse composée de milliers de sphères en verre sur lesquelles un ensemble de lumières multicolores influe lorsqu'elles s'allument.  

 

En traversant le hall, l'on entre directement dans le chai de barriques, où reposent les    1 000 pièces en bois français nouveau qui sont employées pour l'élevage en fût de ce vin. Les barriques correspondent à différents fabricants. Sont plusieurs les fabricants qui se fournissent de ces précieux récipients. 

 

Le chai de vinification, d'une forme rectangulaire, abrite une vingtaine de cuves de fermentation en bois qui sont renouvelées tous les 5 ans. Ces géants en bois sont alignés à parts égales de chaque côté du chai. Au-dessus, passe une bande sur laquelle l'égrappoir se déplace, un par chaque ligne, qui se place sur chaque cuve et laisse tomber la pâte pour vinifier. L'entrée de raisin, dans des caisses, est réalisée à travers une table de sélection employée pour cette fin, au moment des vendanges.