Fermer
  • 912

    Le repeuplement du bassin du Duero se réalise. Certains colons arrivent à la zone et implantent une Église en honneur à Santa Cecilia face à la localité de Valbuena de Duero, au sein de la banlieue de Peñafiel.

  • 1477

    Le domaine, avec son noyau de population, a été disputé entre Peñafiel et le monastère de Valbuena pendant plus de trois siècles. C'est au cours de cette année-là, 1477, qu'un accord entre les moines et la commune est obtenu. Cette dernière aurait possédé la juridiction et le sol (semence de céréales) et les moines auraient disposé de l'espace (bois, chasse et garde de troupeaux.)

  • 1577

    Le nom de Vega de Sicilia apparaît pour la première fois en 1577 pour faire référence au domaine.

  • 1864

    Après l'achat du domaine au Marquis de Valbuena en 1848 par son père, Eloy Lecanda, fils de Toribio, commence l'activité vitivinicole professionnalisée dans la cave.

  • 1882

    Les installations d'élaboration sont terminées, aujourd'hui, il s'agit de bureaux et de chais d'élevage en fût. Eloy Lecanda reçoit de nombreux prix pour les vins élaborés chez Vega Sicilia.

  • 1888

    Dû à la capacité limitée d'Eloy en tant que commerçant et administrateur, son économie en souffre, et le domaine passe entre les mains de Pascual Herrero Bux, qui l'aurait eu pendant moins de 10 ans. 

  • 1897

    Le domaine est adjugé dans une vente aux enchères à Antonio Herrero Vázquez, qui n'avait pas de lien de parenté avec le propriétaire précédent. Peu d'années après, trois de ses huit enfants (Luis, Félix et Ignacio) l'auraient héritée et elle serait plus tard passée entre les mains des enfants de Félix. Trois générations très prospères pour le développement du domaine, de la cave et des vins.

  • 1907

    Cosme Palacio, habitant de la Rioja, locataire du domaine et de la cave avec les Herrero, introduit Txomin Garramiola pour qu'il prenne en charge l'élaboration des vins. Ceux-ci auraient servi pour pallier les dommages produits par le phylloxéra dans la Rioja.  

  • 1950

    L'entreprise de semences Prodes achète le domaine à la famille Herrero. Dans cette étape, la société Bodegas Vega Sicilia S.A. est créée et une autre des figures les plus importantes de l'histoire de la cave apparaît : Jesús Anadón.

  • 1965

    Le domaine passe entre les mains de Hans Neuman, vénézuélien de famille judéo-tchèque et établi au Venezuela, qui après avoir goûté les vins à New York, décide d'acheter la cave.

  • 1982

    La famille Álvarez acquiert la cave aux Neumann et commence l'une des périodes de plus grande prospérité de l'entreprise dans toute son histoire.

  • 2014

    Coïncidant avec le 150ème anniversaire, les mises à jour les plus importantes pour la vigne et la cave, sont terminées.  

L'oremus du vin

« Tokaj, vin des rois et roi des vins », ainsi l'a-t-il décrit Louis XIV en le goûtant et le mythe des Tokaj n'a fait rien d'autre que de croître au cours de ses plus de quatre cents années d'histoire ; mais ce n'est qu'en 1630 lorsque l'on a parlé, pour la première fois, de la grandeur du vignoble d'Oremus ; aujourd'hui, celui de plus grande reconnaissance universelle.

Plus
Fermer

La zone du Tokaj, Tokaj-Hegyalja est située sur une chaîne montagneuse qui occupe la partie nord-est de Hongrie. La localité de Tolcsva et des caves Oremus sont situées dans le centre géographique de cette région.

 

En 2002, le Comité du patrimoine mondial de l'UNESCO a reconnu les conditions vinicoles exceptionnelles de la région de Tokaj, sa capacité séculaire à développer la culture et son importance, lui concédant le titre de patrimoine mondial.  

 

En 1993, seulement 3 ans après la chute du communisme, la famille Álvarez est arrivée en Hongrie et a fondé Tokaj-Oremus Viñedos y Bodegas (Tokaj-Orémus Vignobles et Caves). Les activités du domaine sont centrées à Tolcsva, où -connectée au labyrinthe de caves souterraines existantes depuis le XIIIe siècle- une moderne cave de vinification a été construite en 1999.

 

La famille Álvarez s'est consacrée très soigneusement à l'étude minutieuse et respectueuse de ce vin pour connaître son processus d'élaboration et son histoire. Elle s'est efforcée également à conserver, dans la mesure du possible, la tradition lorsqu'elle a dirigé les travaux de la construction de la nouvelle cave.

 

Pour la gestion du nouveau projet, qui tournait autour d'un des vignobles les mieux situés et les plus symboliques de la région, elle a recruté une fervente équipe professionnelle, qui connaissait très bien le terrain, et a cherché un oenologue de la zone expérimenté et s'est entièrement consacrée à le mettre à la tête de ce collectif.